Mois: mars 2014

[Un peu de poésie] L’Aigle et l’Escarbot

Publié le Mis à jour le

L'Aigle, le lapin et l'escarbot (source image : http://www.musee-jean-de-la-fontaine.fr/jean-de-la-fontaine-fable-fr-25.html)
L’Aigle, le lapin et l’escarbot (source image : http://www.musee-jean-de-la-fontaine.fr/jean-de-la-fontaine-fable-fr-25.html)

L’Aigle et l’Escarbot

L’Aigle donnait la chasse à maître Jean Lapin,
Qui droit à son terrier s’enfuyait au plus vite.
Le trou de l’Escarbot se rencontre en chemin.
Je laisse à penser si ce gîte
Etait sûr ; mais ou mieux ? Jean Lapin s’y blottit.
L’Aigle fondant sur lui nonobstant cet asile,
L’Escarbot intercède, et dit :
« Princesse des Oiseaux, il vous est fort facile
D’enlever malgré moi ce pauvre malheureux ;
Mais ne me faites pas cet affront, je vous prie ;
Et puisque Jean Lapin vous demande la vie,
Donnez-la-lui, de grâce, ou l’ôtez à tous deux :
C’est mon voisin, c’est mon compère.  »
L’oiseau de Jupiter, sans répondre un seul mot,
Choque de l’aile l’Escarbot,
L’étourdit, l’oblige à se taire,
Enlève Jean Lapin. L’ Escarbot indigné
Vole au nid de l’oiseau, fracasse, en son absence,
Ses oeufs, ses tendres oeufs, sa plus douce espérance :
Pas un seul ne fut épargné.
L’Aigle étant de retour, et voyant ce ménage,
Remplit le ciel de cris ; et pour comble de rage,
Ne sait sur qui venger le tort qu’elle a souffert.
Elle gémit en vain : sa plainte au vent se perd.
Il fallut pour cet an vivre en mère affligée.
L’an suivant, elle mit son nid plus haut.
L’Escarbot prend son temps, fait faire aux oeufs le saut :
La mort de Jean Lapin derechef est vengée.
Ce second deuil fut tel, que l’écho de ces bois
N’en dormit de plus de six mois.
L’Oiseau qui porte Ganymède
Du monarque des Dieux enfin implore l’aide,
Dépose en son giron ses oeufs, et croit qu’en paix
Ils seront dans ce lieu ; que, pour ses intérêts,
Jupiter se verra contraint de les défendre :
Hardi qui les irait là prendre.
Aussi ne les y prit-on pas.
Leur ennemi changea de note,
Sur la robe du Dieu fit tomber une crotte :
Le dieu la secouant jeta les oeufs à bas.
Quand l’Aigle sut l’inadvertance,
Elle menaça Jupiter
D’abandonner sa Cour, d’aller vivre au désert,
Avec mainte autre extravagance.
Le pauvre Jupiter se tut :
Devant son tribunal l’Escarbot comparut,
Fit sa plainte, et conta l’affaire.
On fit entendre à l’Aigle enfin qu’elle avait tort.
Mais les deux ennemis ne voulant point d’accord,
Le Monarque des Dieux s’avisa, pour bien faire,
De transporter le temps où l’Aigle fait l’amour
En une autre saison, quand la race Escarbote
Est en quartier d’hiver, et, comme la Marmotte,
Se cache et ne voit point le jour.

Par Jean de la Fontaine – (Recueil 1, Livre 2, Fable 8)

A quoi servent les associations ?

Publié le Mis à jour le

Logos de quelques associations environnementales
Logos de quelques associations environnementales

Certains pensent que les associations pour l’environnement ont pour unique but de les emmerder. Un mode de vie bien vain en vérité… D’autres pensent que c’est une manière d’exprimer une sorte de douce folie à la mode des « bobos écolos », ou encore de se donner bonne conscience (« je pollue mais je suis membre d’une association de protection des oiseaux alors ça va, je compense… »).

N’en déplaise à tous ces idiots qui savent bien sûr mieux que les autres, sans faire le moindre effort intellectuel cela va sans dire, les associations environnementales ont plus d’une raison d’être, et plusieurs causes légitimes d’agir (s’il en fallait).

Nul ne remettra en doute – sans passer pour un demeuré soyons clairs – le fait avéré suivant : les conséquences du développement démographique pèsent de plus en plus sur l’environnement. Un diagnostic terrifiant découle de ce postulat : le processus de destruction de la nature s’accélère. Les associations environnementales, conscientes de ce danger, partagent une même éthique : une profonde conscience d’une responsabilité pour les générations futures. Leur but ? Changer le cours des choses. Tout simplement.

Voyons un peu comment…

L’association permet de créer les conditions d’une rencontre entre l’Homme et la Nature

La première action de l’association environnementale est d’inviter le public à découvrir la nature par le biais de guides nature, d’écotourisme, d’animations scolaires, bref d’éducation à l’environnement. En fournissant du matériel et en mettant à disposition des compétences, l’association facilite la découverte de la nature pour tous.

De fait, le grand public acquiert un autre regard sur la nature qui se retrouve valorisée. Il prend ainsi conscience de sa valeur et de sa fragilité, et donc de la nécessité de la protéger de la pression anthropique. L’association lui donne ensuite les moyens de passer à l’acte en agissant concrètement pour la sauvegarde de la biodiversité : bénévolat, écovolontariat (missions courtes), chantiers nature…

L’association environnementale prouve à tous que l’on peut changer les choses. La destruction de la nature n’est pas inéluctable si chacun contribue à la sauver.

Les outils de l’association

En premier lieu, une association doit recruter le plus de membres possible, toujours, afin de mieux faire percoler ses valeurs.

Elle peut engager différentes actions :

– économique : boycott, éco-label
– administrative : traité international, intervention sur un Plan Local d’Urbanisme
– politique : lobbying local à européen,
– scientifique : programmes pour la biodiversité,
– foncière : acquisitions ou legs,
– juridique : symbolique et veille,
– éducative : enseignement,
– sociale : prosélytisme, débat public,
– médiatique : communiqués et actions.

L’évolution des mentalités

Logos des Parcs Nationaux et Régionaux de France
Logos des Parcs Nationaux et Régionaux de France

Les années 1950 connurent l’intensification de l’agriculture. Les années 60 l’industrialisation à grande échelle. Tout ceci a conduit à l’accélération des dispositifs de protection de l’environnement, et à la création du premier Parc National en 1963 (Vanoise). Le ministère de l’environnement quant à lui vit le jour en 1971.

Il faut savoir que l’évolution des mentalités est généralement plus rapide dans l’opinion publique que chez les élus. En gros, la société évolue, les mentalités suivent ce mouvement, et pour finir le gouvernement entérine ce changement par une nouvelle loi.

L'évolution de la législation fait suite à l'évolution des mentalités
L’évolution de la législation fait suite à l’évolution des mentalités
La logique pécuniaire...
La logique pécuniaire…

Aujourd’hui, on peut se féliciter de l’énorme prise de conscience de l’écologie par le grand public. Des termes comme « biodiversité » ou « changement climatique » font dorénavant partie du vocabulaire usuel et ne sont plus l’apanage de quelques spécialistes. La protection de la nature est un besoin vital qui est bien encré dans les mentalités. Mais, malgré cette prise de conscience de masse, la volonté politique se fait encore attendre. Pire, l’intérêt de quelques uns prime encore sur la sauvegarde de l’environnement (ce qui revient à dire que l’intérêt pécunier à court terme est privilégié à l’avenir de l’humanité sur la Terre). Aberrant, n’est-ce pas ? Les associations environnementales ont donc encore beaucoup de pain sur la planche. Sans oublier qu’il faut encore et toujours lutter contre tous les obscurantismes et les superstitions, qui plombent tous les débats d’une manière générale, y compris ceux liés au développement durable.

Pour connaître les associations environnementales, vous trouverez une liste (non exhaustive évidemment) sur le site de Carnivores et alors.

[Un peu de poésie] Poème pour le jaguar

Publié le Mis à jour le

Le Jaguar (source : http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/jaguar/178179)
Le Jaguar (source : http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/jaguar/178179)

Le Rêve du Jaguar

Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,
Dans l’air lourd, immobile et saturé de mouches,
Pendent, et, s’enroulant en bas parmi les souches,
Bercent le perroquet splendide et querelleur,
L’araignée au dos jaune et les singes farouches,
C’est là que le tueur de boeufs et de chevaux,
Le long des vieux troncs morts à l’écorce moussue,
Sinistre et fatigué, revient à pas égaux.
Il va, se frottant ses reins musculeux qu’il bossue;
Et, du mufle béant par la soif alourdi,
Un souffle rauque et bref, d’une brusque secousse,
Trouble les grands lézards, chauds des feux de midi,
Dont la fuite étincelle à travers l’herbe rousse.
En un creux du bois sombre interdit au soleil
Il s’affaisse, allongé sur quelque roche plate;
D’un large coup de langue il se lustre la patte,
Il cligne ses yeux d’or hébétés de sommeil;
Et, dans l’illusion de ses forces inertes,
Faisant mouvoir sa queue et frissonner ses flancs,
Il rêve qu’au milieu des plantations vertes,
Il enfonce d’un bond ses ongles ruisselants
Dans la chair des taureaux effarés et beuglants.

Poèmes Barbares, Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894)

Source : Chapron G. & Moutou F., 2002. L’Étude et la Conservation des Carnivores. Société Française pour l’Étude et la Protection des Mammifères. Paris. 167p.

L’étude et la conservation des carnivores en France, qu’en est-il aujourd’hui ?

Publié le Mis à jour le

Habituellement, lorsque je prépare un article pour Carnivores et alors, je travaille plusieurs sources et rédige une compilation plus ou moins complète et accessible à tous. Mais aujourd’hui je vous propose un texte que j’ai très peu retravaillé. Il ne s’agit pas d’une crise de flemmardise aigüe ou d’une irrésistible envie de plagia ! En fait, ce texte s’est avéré si complet et si exact qu’il était difficile pour moi de faire mieux. Il s’agit de la préface d’un volume regroupant plusieurs articles scientifiques sur l’étude et la conservation des carnivores (la source apparaît en fin d’article). Le texte original est de Luigi Boitani, du Département de Biologie Animale et de l’Homme de l’Université de Rome « La Sapienza ». Sans plus de préambule, je vous invite à le lire afin que vous compreniez mieux la problématique des carnivores, et en particulier des grands carnivores, en France.

« Les Carnivores ont toujours eu une signification particulière pour toutes les cultures humaines. Les rapports les plus divers se sont instaurés entre l’homme et les carnivores, en fonction des connaissances et les moments historiques.

Le Loup, un totem emblématique (source : http://one-vibration.com/profile/EdwardSenesky#.Uw3B7PR5NOo)
Le Loup, un totem emblématique (source : http://one-vibration.com/profile/EdwardSenesky#.Uw3B7PR5NOo)

Les grands carnivores, en particulier, ont eu un rôle important, de symbole positif de totem à respecter et à suivre, à celui négatif d’une nature hostile et dangereuse. Suivant les différentes sociétés humaines, l’homme a vu dans les carnivores des exemples à imiter ou des ennemis à combattre jusqu’au dernier individu. Du fait de cette forte charge symbolique des carnivores, les rapports avec l’homme ont été souvent marqués d’une forte composante de préjugés, légendes, mythes et interprétations qui ont peu à voir avec la réalité biologique des espèces animales. Si ceci était acceptable lorsque la connaissance du monde naturel était transmise par des textes imprécis ou erronés, cela n’est certainement plus le cas de nos jours où nous avons à disposition des instruments et des moyens qui devraient nous permettre de dépasser avec facilité les barrières de la connaissance biologique sur les espèces animales.

Pourtant ce n’est pas le cas. Les carnivores restent encore très peu connus. À peu d’exceptions près, une grande partie des espèces, même les plus grandes, est souvent méconnue par la science et nous devons affronter leur gestion sur la base d’informations fragmentaires ou de simples anecdotes. Ceci est encore plus vrai en Europe qu’en Amérique du Nord et malheureusement les conclusions des recherches américaines ne sont pas directement utilisables en Europe. Ainsi le Loup (Canis lupus), espèce peut-être parmi les plus étudiées dans le monde entier, a une flexibilité écologique telles que les résultats obtenus par étude sur un site donné peuvent ne pas être valable sur d’autres sites.

Une genette dans son habitat naturel (source : http://www.parc-animalier-pyrenees.com/gp/Genette/69)
Une genette dans son habitat naturel (source : http://www.parc-animalier-pyrenees.com/gp/Genette/69)

Les carnivores les plus petits sont de leur côté largement oubliés, non pas par les biologistes qui seraient pourtant intéressés à leurs études, mais plutôt par les bailleurs de fonds qui préfèrent financer les recherches appliquées sur des espèces ayant un intérêt direct pour l’homme.

Avec ces embryons de connaissance, affronter la gestion des carnivores est une entreprise difficile : des données imprécises sont utilisées pour des interventions qui pourraient avoir des conséquences irréversibles sur l’état des populations animales. L’Europe se trouve devant certains choix décisifs pour le destin de certains carnivores comme le Lynx (Lynx lynx), l’Ours (Ursus arctos), et le Loup (Canis lupus). Nonobstant la protection garantie par la Directive Habitats et par diverses législations nationales, ces espèces ne sont pas protégées de façon à permettre la survie de populations viables dans leurs aires de répartition naturelles. Mais le défi le plus difficile se pose peut-être avec la gestion de l’actuel phénomène d’expansion de certaines espèces comme le loup et le lynx. Après des siècles de persécution et d’images négatives, l’opinion publique est maintenant en faveur du loup et le changement des conditions écologiques et socio-économiques de nombreuses régions européennes a permis une lente mais stable récupération des populations de loups sur une large partie de son aire de répartition européenne. […] 

Les éleveurs défilent contre le loup en lozère (source Midi Libre : http://www.midilibre.fr/2013/08/23/les-eleveurs-defilent-contre-le-loup-en-lozere,748581.php)
Les éleveurs défilent contre le loup en lozère (source Midi Libre : http://www.midilibre.fr/2013/08/23/les-eleveurs-defilent-contre-le-loup-en-lozere,748581.php)

Pourtant nous sommes encore très loin d’une situation stable de cohabitation entre homme et loup. Le débat sur la gestion du loup devrait être basé sur des données et des faits. La solution devrait être trouvée avec la logique et la rationalité, alors qu’on assiste à une confrontation constamment entretenue par des éléments passionnels et émotifs. Dans ce climat, les positions deviennent extrêmes et les solutions s’éloignent. Le fait que la cohabitation entre homme et loup soit possible est démontrée par la présence de loups, troupeaux et touristes en Italie, Espagne, Portugal, Grèce et beaucoup d’autres pays d’Europe orientale, mais la solution d’un de ces pays n’est pas nécessairement la solution pour tous les autres. Le seul élément commun semble, au-delà de la biologie, des émotions et de la logique, être la disponibilité au compromis à trouver une voix intermédiaire entre les exigences de deux factions opposées, celles des protectionnistes et celles des éleveurs. […] Mais à la base de toutes ces opérations de compromis doit veiller un sain principe de biologie de la conservation qui pose comme objectif non négociable la persistance d’une population viable de loups partout où il y a un habitat naturel adéquat. Cet objectif est posé de manière non équivoque dans la plupart des opinions publiques européennes et est inscrit dans la Directive Habitats. Sur ce point il ne peut y avoir de compromis.

Des problèmes similaires existent pour la conservation du lynx, de l’ours et pour d’autres carnivores. Notre rôle à nous les biologistes est double : en tant que chercheurs nous avons le devoir de fournir les meilleures données scientifiques possibles pour informer et diriger le débat politique ou sur la gestion, en tant que citoyens nous avons le droit d’exprimer notre opinion sur les choix de gestion. […] »

Les trois grands carnivores de France (source : ferus http://www.ferus.fr/)
Les trois grands carnivores de France (source : ferus http://www.ferus.fr/)

Il est intéressant de constater que ce texte datant de 2002 reste parfaitement d’actualité 12 ans plus tard. À vous de tirer les conclusions qui s’imposent… L’approche de la gestion des prédateurs en France n’a pas vraiment évolué en une douzaine d’années, de même que les ressentis des partisans pro et anti-loups qui restent campés sur leurs positions, guidées essentiellement par leurs émotions, au lieu de se fier aux arguments rationnels apportés par la science.

À noter que les parties supprimées par mes soins dans la citation de ce texte se rapportent au contenu du volume, à l’exception du passage traitant de compromis. L’auteur mentionnait ici la nécessité de tolérer la perte de quelques têtes de bétail ainsi que l’élimination (en conformité avec la loi) d’un certain nombre de loups dans les zones où sa présence mènerait à des dommages trop onéreux. J’ai volontairement supprimé ce passage car je suis en désaccord sur ce point. La suppression d’individus d’une population de loups n’apporte aucune solution satisfaisante sur le long terme du fait de la stratégie d’occupation de l’espace de cette espèce (le loup est un colonisateur : un autre individu viendra remplacer celui qui a été abattu) d’une part, et d’autre part parce que cette méthode ne permet aucune évolution comportementale du loup : il n’apprend pas à craindre l’homme et à l’éviter puisque l’animal attaquant un troupeau est purement et simplement supprimé. Je rechercherai d’autres sources scientifiques traitant de ce problème et je me ferai un plaisir de partager avec vous ces informations ultérieurement.

L'étude et la conservation des carnivores - sfepm
L’étude et la conservation des carnivores – sfepm
Pour ceux qui veulent aller plus loin, je vous invite à vous procurer l’ouvrage d’où j’ai tiré cette citation : Chapron G. & Moutou F., 2002. L’étude et la conservation des carnivores. Société Française pour l’Étude et la Protection des Mammifères. Paris. 167p.